lundi 5 août 2013

Comment j'ai arrêté de fumer (presque) malgré moi !

Après pas loin de 20 ans de tabagisme, à hauteur d'un paquet par jour en moyenne (plutôt 1.5 ces deniers temps d'ailleurs), vingt années ponctuées de nombreuses tentatives pathétiques d'arrêt du tabac, je m'étais fait à l'idée que je resterai fumeur jusqu'à la fin de mes jours.

Depuis une semaine maintenant, je n'ai pas réussi à fumer une cigarette entière. J'ai essayé à plusieurs reprises, sans succès. Pire, j'ai du me précipiter pour me rincer la bouche lors de ma dernière tentative, tant le goût de la fumée m'a paru ignoble.

Me voici donc dans une situation parfaitement paradoxale : je suis fumeur, ou du moins me considéré-je comme tel, mais je ne peux plus fumer. L'idée de ressentir une fois de plus ce goût infect de cendre et de brûlé m'est insupportable !

Un miracle, penseront peut-être certains fumeurs aussi désespérés que je pouvais l'être. A dire vrai, c'est un peu ce que j'en pense également. Mais il y a bien sûr une explication. 

Dans mon cas, le miracle a pris la forme d'une cigarette électronique. J'ai acheté ce dispositif sans intention, par curiosité pour le gadget bien plus que par espoir de me libérer du tabac. Espoir que je n'avais pas du tout d'ailleurs. J'ai testé la cigarette électronique, j'ai trouvé ça intéressant, alors je l'ai achetée. C'était mardi dernier, vers 14h00.

Dans l'après-midi qui a suivi, je n'ai pas allumé de cigarette "à incandescence". Pourquoi n'en ai-je pas allumé ? Pour la simple raison que je n'en avais pas envie - je n'ai pas fait le moindre effort. Le dispositif électronique m'a permis d'absorber mon content de nicotine, et ce faisant, a annihilé toute envie d'une "vraie" cigarette.

Arrêtons-nous  un instant sur cette idée de "vraie" cigarette : disons le clairement, cette idée est stupide. La cigarette à incandescence est un moyen rudimentaire, archaïque, mais cependant efficace, d'absorber de la nicotine. La cigarette électronique est moyen plus propre, moins nocif, mais tout aussi efficace de parvenir aux mêmes fins. Les deux sont donc des cigarettes, au même titre l'une que l'autre.

Pour revenir à ma propre expérience, il m'a suffit de consommer de la nicotine au moyen d'une cigarette électronique pendant une après-midi pour comprendre combien il était aisé de se passer de cigarettes archaïques. Sans compter le plaisir immédiat de ne plus avoir les doigts qui sentent le tabac !

Toutefois, à ce stade, il n'était pas question pour moi de cesser de fumer. 

Mais quelques heures plus tard encore, en début de soirée, alors que je buvais une bière accompagné d'un ami, fumeur, j'ai eu envie de me "faire plaisir" en fumant une "vraie" cigarette (je croyais encore au concept de "vraie" cigarette à ce moment-là :)). Le plaisir a tourné court… quelques bouffées seulement, et j'ai jeté cette cigarette. 

C'est évidemment à ce moment que j'ai compris qu'il se passait quelque chose de sérieux dans mon rapport au tabac. Bien sûr je ne criai pas victoire immédiatement, et je renouvelai l'expérience chaque jour au moins une fois jusqu'à hier encore. Chaque fois, même cause, même effet : les cigarettes que j'ai allumées cette semaine ont toute invariablement fini écrasées après quelques bouffées. Y compris celles que j'ai allumées en étant convaincu d'en avoir envie et qu'elles me feraient plaisir, sachant que je ne m'interdisais pas de fumer, et je ne me l'interdis toujours pas !

A ce jour, c'est donc sans effort et sans frustration que j'ai cessé de consommer des cigarettes à incandescence. C'est également sans appréhension que je pars pour un déplacement d'une semaine sans cigarette archaïque sur moi.

Bien sûr, la lutte contre la nicotine n'est pas encore finie. Mais dans celle contre la cigarette, j'ai remporté une grande victoire. Je ne peux pas exclure l'hypothèse d'une "rechute", même si elle me paraît très improbable, mais quoi qu'il arrive, j'ai au moins gagné la certitude que je pouvais très bien vivre sans cigarette et sans fumée, perspective qui me semblait jusqu'alors inimaginable.

Enfin, un mot sur le titre de ce billet : j'ai arrêter de fumer des cigarettes archaïques malgré moi dans la mesure où, aujourd'hui, alors même que je n'avais pas décidé d'arrêter, je ne parviens plus à en fumer, j'en suis dégoûté. Alors pourquoi ce "(presque)" ? Parce que je pense que j'étais prêt, et que cela a grandement contribué à l'apparition de ce phénomène. Il est possible que la même expérience quelques années auparavant n'aurait pas eu les mêmes résultats.

J'ai rédigé ce billet pour deux raisons : bien sûr pour témoigner de mon expérience avec la cigarette électronique, mais aussi pour m'aider moi-même à comprendre ce qui m'est arrivé. Je peux vous garantir que ça me fait un effet des plus curieux lorsque j'allume une cigarette et que je ne parviens pas à la terminer après en avoir fumé peut-être 150.000 dans ma vie ! Refaire la chronologie, réfléchir à ce qui s'est passé m'aide à mieux comprendre, et à rationaliser.


Si ce billet pouvait encourager, ou mieux, aider ne serait-ce qu'une personne à se libérer également de la cigarette, alors la demi-heure que j'ai consacrée à sa rédaction aura été bien investie ;)

3 commentaires:

Yoran a dit…

Première chose, ton cas n'est pas isolé, loin de là. De mon côté, même durée de tabagisme, même consommation journalière, et cela fait maintenant plus d'un mois que je n'ai plus le moindre désir de toucher une clope. C'est assez surréaliste.

Après, une fois que tu as compris comment ça fonctionnait (pas très sorcier) tu commences vite à délirer :) Tu passes de l'e-go de base aux mods à voltages variables (un vrai plus pour le rendu des arômes), et des e-liquides de bases à des trucs plus chiadés comme ceux de chez Halo. Et après un mois de vapote je viens à l'instant de faire ma première commande de liquide neutre et d'une série d'arômes pour commencer à faire mes petites bidouilles personnalisés :) En bref, c'est en plus extrêmement ludique.

Après comme tu le dis, cela ne débarrasse pas de la dépendance à la nicotine mais au moins on s'évite les milliers se saloperies présentes dans la fumée de cigarette car tout est basé sur la simple vaporisation à ~50°C de 4 composés (Glycérine Végétale, Propylène Glycol, Nicotine et Arômes). Une récente étude menée par Clearstream a aussi prouvé que le principe de vapotage passif n'existait pas.

Maintenant l'eCig a un grave défaut, cela ne fait rentrer aucun sou dans les caisses des états (mise à part la TVA). Pire, cela risque sérieusement de plomber le système de retraite cette connerie si tu y réfléchis deux minutes... Du coup ça s'affole grave à Bruxel qui vient de faire passer l'eliquide dans la catégorie "médicaments"... En gros, des OGM qui filent des tumeurs à des rats de la taille d'une balle de tennis n'impliquent aucune précaution particulière pour une culture en plein champs et une consommation humaine, mais un eLiquide pour lequel toutes les études menées à ce jour prouve l'innocuité et l'efficacité contre le tabagisme, est à classer dans les grands danger à traiter en priorité par l'UE, chercher l'erreur...

Alors un conseil pour être tranquille... la PG nicotiné se trouve à quelques endroits sur le nets en bidon de 5l :)

Franck Delage a dit…

Même chose pour moi !

30 ans de tabac, et depuis 15 ans uniquement des cigarillos, au rythme d'une bonne dizaine par jour.

Et ça fait maintenant 4 semaines que je n'en ai pas touché un seul, et que je n'en ai pas du tout envie.

Excellente invention.

Christophe Massin a dit…

En tout cas bravo Gauthier ;) Tu vas les répandre au travail ? :)